information et pratique sur le tournage sur bois

L’ivoire végetal

L’ivoire végétal, aussi appelé noix de  tagua ou corozo, est l’albumen du fruit du palmier à ivoire (les espèces de genre Phytelephas) qui pousse dans des forêts denses et ombragées, au flanc des vallées, entre 300 et 1 300 mètres d’altitude.

On le trouve milieu de la forêt amazonienne en Équateur, en Colombie, au Pérou, et dans d’autres pays du monde où il a été introduit.

Lorsque les fleurs s’épanouissent, elles dégagent un parfum très fort qui embaume tout le secteur. Avant de mûrir, le fruit de ces palmiers contient un lait sucré que les Indiens apprécient.

Puis cet albumen se durcit pour devenir l’ivoire végétal, « très dur ».

………………

Il existe de nombreuses autres espèces de palmiers fournissant un ivoire végétal : les genres Aphandra, Ammandra (« tagua blanca » en Equateur), Hyphaene (par exemple Hyphaene petersiana ou Umukoko au Burundi) et Metroxylon en Polynésie. Ce sont de grosses bogues dans lesquelles sont disposées en cercle plusieurs noix.
Les fruits sont des caryopses . Ils possèdent une première coquille dure qui se détache rapidement et puis une deuxième coquille qui colle à la graine.

C’est en retirant cette dernière que l’on obtient la boule d’ivoire végétal. Lorsqu’elles sont mûres, les Indiens les ramassent.

La pulpe jaune, qui entoure la graine, au goût agréable, est parfois commercialisée sous forme de boisson. Les arbres produisent chaque année environ 20 kilogrammes de graines, parfois beaucoup plus. C’est à peu près le poids des défenses récupérées sur un éléphant de 6 tonnes.

La production totale de tagua en Équateur est de 100 000 tonnes : 50 000 à Manabi, 30 000 à Esmeraldas qui sont deux provinces d’équateur, 20 000 dans la Cordillère des Andes.

Autour de 35 000 personnes travaillent pour la tagua, 10 000 à Esmeraldas, 5 000 dans d’autres provinces
sources wikipedia/Dufayard Romain « Des graines et des hommes », Ed. Sang de la Terre, 2010

 

SON UTILISATION EN TOURNAGE

 

L’ivoire végétal est très agréable à travailler en tournage sur bois. Lorsque vous ramenez des noix , du Perou (comme c’est le cas pour celles ci) ,  les noix sont  percées d’un trou vers le centre (apparemment pour éviter le re plantage !), afin de passer la douane sans encombre.

Il faut donc réfléchir pour fixer  la noix sur le mandrin avant le tournage . Pour l’instant je n’utilise ces noix, uniquement  que pour tourner des bijoux  (bagues , boucle d’oreilles et décoration de petites pièces).

Mais bien sur , on peut tourner des fleurons pour décorer des boites,  ou toutes autres décorations pour  des pièces tournées.

………………

 

Themes abordés : noix de tagua , noix de corozo , utilisation ivoire vegetal